Bar-Club, Dj set / live Electro, Dancefloor, Cocktails

menutab

Trashel... Pourquoi avoir choisi ce nom ?

J’ai réellement commencé à écouter de la musique vers 2000. 
A cette époque, l’électro, dans mes cercles d’amis, tournaient autour de la house très clubbing que je n’ai jamais trop appréciée : David Guetta, Antoine Clamaran, John Dahlbäck, sans citer des artistes comme David Vendetta et
autres Steve Angelo qui étaient beaucoup trop commerciaux pour moi. 
A cette période, j’ai d’abord beaucoup écouté du Rock et du Hip Hop. 
...Classiques du rap Français et US, sans surprise, et rock plutôt énergique. Plus Panthera, Nostromo ou Gojira que Rolling Stones quoi, voire plus si affinités. Cela m’a amené à aimer des sonorités très tranchées, hors des sentiers battus.
Que ce soit en hip hop, trip hop, power metal, brutal death, ou encore en electro. 

Concerts après concerts, festivals après festivals, j’ai découvert des styles, enrichi ma culture musicale, en explorant des styles parfois  plus extrêmes, comme des groupes beaucoup plus commerciaux. Un des styles qui m’a le plus marqué restera le hardcore. 
J’ai habité à Toulouse pendant mes études, et il y avait de bonnes soirées / raves organisées là bas.
C’était ma période Hellfish, heretik, micropoint. 
J’ai écouté beaucoup de HxC et j’en ai produit, sans release, mais avec des sons plutôt aboutis pour un amateur ! 
J’ai renoué avec l’électro en faisant des ponts entre le monde du rock et l’indus. J’ai notamment suivi les tournées de Punish Yourself avec beaucoup d’énergie ! Et c’est là que j’ai choisi ce nom, Trashel, qui se voulait être « Trash » avant tout, pour me rappeler mes premières amours musicales.


Comment décrirais-tu ton son et ta façon de mixer ?

Mon son, je le décrirai rapidement puisque je ne produis pas. 
Après ma période Hardcore ou je bricolais régulièrement FruityLoops, j’ai arrêté la prod. Aujourd’hui, je suis fier d’avoir une petite collection de vinyles assez variée, allant de la minimal du début des années 2000 aux sons technos d’aujourd’hui, en passant par des gros classiques House. Je décrirais donc mon son comme un ensemble varié de styles et de références qui m’ont marqués. J’aime particulièrement passer d’un style à l’autre. 
Je cherche à varier les rythmes et les sonorités dans mes sets, en passant de classiques minimal très dancefloor, à des morceaux techno plus durs et des morceaux breakés pour rythmer mes sélections.

Quelles sont tes principales influences ?

Voici une belle question !

Je te propose de regarder un peu mes disques durs et mes étagères pour répondre un peu chronologiquement.

Je dirais de tête que j’ai 5 grandes influences

1/ D’abord mes racines rock et hardcore,Que j’illustrerais avec ces tracks :

Punish Yourself - Suck my T.V
https://www.youtube.com/watch?v=CskrDxCkccQ

hellfish-hurricane pain 
https://www.youtube.com/watch?v=II4wJzNc8P0

Deftones - Back To School 
https://www.youtube.com/watch?v=uaRC-KWuPZI

Nostromo - Eyesore (full album) 
https://www.youtube.com/watch?v=hNt_VQ_k8Ls


2/ Puis la minimal,

En 2003 quand Ellen Allien sortait Berlinette et amenait BPitch à son apogée, cela a été ma révélation. J’ai tout arrêté et me suis plongé dans l’electro. Tous les artistes signés chez eux m’ont marqués. Comme tous les artistes de Border Community. Kiki, Sascha Funke, Ben Klock, Paul
Kalkbrenner, Tomas Andersson, Apparat, Smash TV, Modeselektor, James Holden, Nathan Fake, Fairmont, Luke Abbott, Avus, The MFA, Ricardo Tobar, Etrawelt, etc.

Ellen Allien – Sehnsucht 
https://www.youtube.com/watch?v=UhQRAbU4Lv4

Kiki - Luv Sikk 
https://www.youtube.com/watch?v=zDCty7EVuXU

Ellen Allien  Apparat - Do Not Break 
https://www.youtube.com/watch?v=HfwPTiKOitg&list=PLww7tJbDCmdr1JxcsjroK4FcESTZxKsdi

The MFA - The Difference It Makes 
https://www.youtube.com/watch?v=GvXjA_wznkQ



Ces artistes m’emmènent à en découvrir d’autres comme Kollektiv Turmstrasse, Oxia, Marek Hemmann, Mathew Johnson…



Oxia - Domino –
https://www.youtube.com/watch?v=bhMol7iZ-Vg

Marek Hemmann – Lowdown 
https://www.youtube.com/watch?v=E0f_tSp0oCY

Kollektiv Turmstrasse
https://www.discogs.com/fr/artist/213601-Kollektiv-Turmstrasse
 ‎– Luechtoorn
https://www.youtube.com/watch?v=Q_W1apjU4Go  

Mathew Jonson Decompression 
https://www.youtube.com/watch?v=NFFgLqPGUW8



3/ Ensuite l’electro house et l’electro clash, les influences new wave /new beat / techno et …. La rave !


Je m’excuse si je fais des approximations dans les styles, je n’ai jamais été extrêmement regardant de ce point de vue-là. Et je coupe court à tout interprétation, je parle ici d’une seule rave : la rave Parisienne des soirées Play et de la scène associée.


D’abord, David Carretta a beaucoup tourné à Toulouse lorsque j’y habitais, et m’a énormément inspiré. Il m’a fait découvrir International Deejay
Gigolo de DJ Hell. Puis j’ai écouté Fischerpooner, Legowelt, Ladytron, Goldfrapp, Erol Alkan, Felix da Housecat, Miss Kittin & The Hacker, Tiga ou même Kratwerk … Tous sont passés en festival en Espagne où nous allions beaucoup avec mes amis. De là, j’ai adoré Chloé, Jennifer Cardini que j’ai découvertes au Pulp à Paris, et autres Arnaud Rebotini, Black Strobe, Michael Mayer, et Ivan Smagghe…



Henry goes Dirty – Sink 
https://www.youtube.com/watch?v=VIF4cBb3pwE

Miss Kittin & The Hacker – Gratin Dauphinois 
https://www.youtube.com/watch?v=dp9VRCRgnFo

Michael Meyer - Neue Luthersche Fraktur 'Touch' Album
https://www.youtube.com/watch?v=v4fMf9-7zmI&index=4&list=PLXnJpQCNRBiSjYJTz82SIIEYeHko2NWvh


Fischerspooner – Emerge
https://www.youtube.com/watch?v=6Y3m9vSdFbM

Kraftwerk - The Man Machine 
https://www.youtube.com/watch?v=Mkd7LbQnfIQ&index=7&list=PL8aTvsLIsZfONXo6XilzOqWOnDMaulcqa


Ensuite, j’ai découvert les soirées parisiennes, entre autres Open House, Play, We Love ou Dimuschi. Et étant donné que je parle des Play, je me
permettrai de parler de Rave J
Pour moi c’était l’époque Jedi ! Je ne donnerai qu’une track qui représente pas mal le style que j’ai en tête, une track qui a fait sauter les
dancefloors pendant X temps et qui mis un temps fou à sortir :



Electric Rescue – Lili 
https://www.youtube.com/watch?v=XBg3hvmNdYM



4/ Le dub et electro break,*



Je parle ici des artistes plus ou moins anciens, aux sonorités plus spécifiques allant du trip hop aux break beat : LFO, Autechre,
 Squarepusher, Amon Tobin, For Tet, Burial, Aphex Twin, Boards of Canada, Bonobo, etc.

Je me permets de placer Moderat et Plastikman dans cette catégorie !



Autechre – Clipper 
https://www.youtube.com/watch?v=FLK70Ipe-tI

LFO "Freak" 
https://www.youtube.com/watch?v=3og0oFiDO3U

Four Tet - Plastic People 
https://www.youtube.com/watch?v=7GT_ABdbqrg

High Tone - Underground Wobble
https://www.youtube.com/watch?v=9bhGbkEddhA



5/ Et enfin la techno, 


Vaste influence me diras tu. Alors je précise et je vais aller droit au but : je suis fan de techno linéaire, pêchue et sans concession pour
reprendre une expression que je vois souvent dans la presse spécialisée ou dans les présentations de soirées. Bref les festivités tout droit issues des labels Ostgut tone, Stroboscopic artefact, Mord, Mote Evolver, Dystopian, Audio Assault, Modularz, etc. Et plus récemment découverts
Onnset, Analog Solution, Killekill, Modal Analysis, Wall Music Limited, Off Recordings, Morforecs, etc.

Côté artistes, pour commencer par les plus célèbre, je citerai Marcel Dettmann, Ben Klock, Luke Slater / PAS, Kobosil, Len Faki, Marcel Fengler,
Rødhåd, Roose, Traumer. Mais aussi, Ixel, svreca, Tsuzing, Kntrl, Radial,Bas Mooy, D. Carbone, Charlton, Zadig, Möd3rn pour revenir à la rave J,
etc. Et pour finir la techno breakée. Umwelt, , Jamie Curnock, Joe Far, Dadub, Perc, Xhin, etc.



Rødhåd - The Wall [DYSTOPIAN 004] 
https://www.youtube.com/watch?v=1WPR7EgYGBU

Planetary Assault Systems - Rip The Cut 
https://www.youtube.com/watch?v=WflVHf43E40

Ben Klock – Subzero 
https://www.youtube.com/watch?v=5IrHzrg4qdQ

Umwelt - Days Of Dissent 
https://www.youtube.com/watch?v=pMfi6paWwMM


Combien de fois es-tu déjà venu ambiancer le 4 ElEMENTS ?

De mémoire 3 fois. Cela remonte maintenant, mais j’ai fait deux soirées avec notre collectif e-Klozin et un vernissage quand j’ai eu le plaisir d’accrocher mes propres photos.
http://www.eklozin.fr/ 



Te souviens-tu de la première fois ? Quel est ton meilleur souvenir ici ?

Chaque soirée au 4L a été au top. Nous avons toujours eu une très bonne ambiance, tant niveau staff que côté public. Mon meilleur souvenir, c’est
cette première sensation de jouer dans un booth fermé, un peu loin du public. Je me suis dit : « hey, tu es DJ là, ça ne rigole plus, tu passes
dans un vrai booth, derrière des grands noms de la musique électronique !! »


Quels sont tes prochains projets ?

J’habite aujourd’hui à Bordeaux. J’ai pu faire une date dans les principaux grands clubs de la ville : i-boat, BT 59 et Bootleg. Je sors moins
maintenant, alors il est plus difficile de me faire connaître, surtout quand je ne produits pas. Alors parmi mes projets, il y a :
1/ jouer de nouveau avec des copains, en club ou ailleurs ! 
2/ Reprendre l’organisation de fêtes sympas comme j’ai pu le faire à Paris, 
3/ pourquoi pas produire des tracks !



Quels sont tes meilleurs souvenirs  de club…de mix ?

Ahah, en voilà des images qui me viennent en tête ! Côté club, je ne peux que commencer par le Rex. C’est un des premiers endroits techno que j’ai
découvert à Paris. J’y ai passé des heures cubes, comme beaucoup de personnes ! Le Pulp aussi, avant sa fermeture, où l’on pouvait facilement
discuter avec les DJs et DJettes dans une ambiance démente. Ensuite, un de mes meilleurs souvenirs restera la première fois que je suis entré au
Berghain. La découverte du lieu, immense, dans cette joie et cette euphorie semi stupides après être seulement rentré… Je suis arrivé au début du livede Planetary Assault System. Et il a mis tout le monde d’accord, et je crois que je n’ai toujours pas revu de live aussi puissant !



Hors club, c’est la We love Vagabundos : une dinguerie. Quand Luciano a invité Moodymann, dOP, Frivolous et Sety. J’en ai encore la chair de poule !



Côté mix, je pense que c’était au 6B à Saint Denis. J’ai eu de la chance de jouer à une des premières soirées organisées là-bas. Je me rappelle de
cette soirée comme un vrai renouveau d’originalité dans la fête Parisienne.

Il y a-t-il un track que tu joueras toujours …systématiquement ; lequel ?

Oui, celui-ci : Dirty Doering - I Would (Orginal Mix) - Bar25 
https://www.youtube.com/watch?v=p0NAemN28uw.
C’est mon track de closing ! 
En fin de set il fait toujours son effet et fait lever les bras à tout le monde. Je trouve qu’il dégage une énergie folle, grâce à cette part
de guitare simple et entêtant. Je n’ai jamais eu l’occasion d’aller au Bar 25 qui a fermé juste avant mon premier voyage à Berlin. Cela joue
peut-être !

Comment vois-tu l'avenir de la culture électro, à Paris… en Europe, ou
dans le monde ?

A Paris, de nombreuses voix s’élèvent contre les nouveautés. Je me rappelle des soirées We Love, qui ont fait l’objet de nombreuses critiques,
La Machine ou Concrète aujourd’hui par exemple. Personnellement, j’ai toujours admiré l’énergie qu’ont  su amener ces événements/institutions à
Paris. Même si les prix sont loin de l’esprit « Rave » comme on l’entend ou comme à pu l’entendre ! Je vois Paris comme un des hauts lieux de
l’électronique dans le monde. Je pense que la ville est en train de gagner ses lettre de noblesses côté événementiel, comme Londres, Berlin, ou encore Francfort avec le Robert Johnson. Pour les artistes, nous avons en France des tonnes de talents. Et cela va durer !  Ensuite je trouve que le son se complexifie et se bonifie avec le temps, comme le bon vin. La techno incorpore progressivement des styles connexes dans ses sonorités et les artistes se renouvellent sans cesse pour la plupart, c’est encourageant. Je prends pour exemple le derniers DJ Kicks de Dettmann & Daniel Avery. Le premier sonne tellement UK, alors que Daniel Avery a fait une sélection complètement Techno. J’ai été surpris, et ce n’est pas la première, ni la dernière fois je pense !


A quoi t'intéresse tu dans la vie à part l'électro ?

Ma vie c’est du sport, la cuisine - et le vin par association, le voyage, la photo. Je suis responsable de projets dans ma vie professionnelle, dans le digital. Je gère un peu ma vie comme une succession de projets, dont la musique fait partie !

Comment imagines tu le ressenti des personnes présentent sur le dance-floor quand tu donnes le meilleur de toi-même ?*

Un orgasme ? Ahah !